Quels sont les effets du sommeil sur l’organisme ?

Bien que les scientifiques ignorent encore les raisons exactes du besoin de dormir, des études réalisées sur les animaux prouvent que le sommeil est vital pour l’organisme. Par exemple, alors que les rats ont une longévité d’environ deux ou trois ans, ceux que l’on prive de sommeil paradoxal meurent au bout de cinq semaines ; privés de toutes les différentes phases du sommeil, ils ne vivent que trois semaines. Ils développent en outre des douleurs au niveau des pattes et de la queue ; ces douleurs peuvent être le résultat d’une affection du système immunitaire. Ainsi, certaines études laissent penser que le manque de sommeil endommage le système immunitaire.

Le sommeil apparaît essentiel au bon fonctionnement du système nerveux. Une nuit trop courte rend apathique et réduit considérablement les capacités de concentration. Le manque de sommeil affecte la mémoire, les performances physiques et les capacités à effectuer des calculs mathématiques. Si le manque de sommeil se prolonge, des hallucinations et des sautes d’humeur surviennent. Certains experts pensent que le sommeil permet aux neurones endommagés de cesser leur activité pour se régénérer. Sans sommeil, les neurones perdent tellement d’énergie ou sont tellement pollués par les dérivés de l’activité cellulaire normale qu’ils ne fonctionnent plus correctement. C’est aussi pendant le sommeil que les connexions neuronales importantes seraient renforcées par le cerveau, sans quoi leur état se dégraderait par manque d’activité.

Chez les jeunes adultes et les enfants, c’est pendant le sommeil profond que les hormones de croissance sont libérées. C’est aussi durant cette phase que les cellules sont produites en plus grande quantité et que la décomposition des protéines est la plus faible. Ce sont les protéines qui constituent la matière première de la croissance des cellules ainsi que de la réparation des dommages créés par exemple par le stress ou les rayons ultraviolets. Le sommeil profond est donc véritablement « réparateur ». Les zones du cerveau qui contrôlent les émotions, les prises de décision et les interactions sociales connaissent une activité extrêmement réduite durant le sommeil profond ; on peut donc penser que dormir permet de maintenir un fonctionnement émotionnel et social optimum pendant les phases d’éveil. Une étude réalisée sur des rats met en évidence que certains schémas de signaux nerveux que les rats produisent en journée sont répétés durant ce sommeil. Cette réitération permet peut-être d’encoder les souvenirs et d’améliorer les capacités d’apprentissage.

En savoir plus